L’ANSES décide de s’attaquer aux moisissures à l’intérieur des habitations

02 09 2016

Ce rapport de L’Agence nationale de sécurité sanitaire appuie essentiellement sur les impacts en termes de santé que peuvent avoir la prolifération des moisissures dans les habitations. Le constat dressé dans ce rapport amène l’ANSES à prescrire des actions à mener pour lutter contre le développement des moisissures. Dans la majorité des cas, les personnes les plus faibles subissent de plein fouet les effets de ces moisissures. Selon le rapport, entre 14 et 20 % des habitations en France sont touchées par le phénomène. La première action est de prévenir de ces moisissures. Pour ce faire, l’ANSES enjoint les différents acteurs de la construction et de l’énergie à travailler de concert sur le sujet. Dans un second temps, elle fait la même proposition aux autorités et autres acteurs publics, dans le but de faciliter la gestion des risques. L’objet est d’inciter à la sensibilisation des professionnels du milieu de la construction par le biais de formations et d’informations. Ceci doit autant toucher les concepteurs de bâtiments que les professionnels de la construction.

Informer les occupants des logements.

D’un autre côté, l’ANSES envisage de mieux informer les locataires et les propriétaires sur deux points précis ; comment prévenir de l’apparition des moisissures ? Et qui contacter en matière de conseils et d’aides ? L’ANSES suggère donc de mettre en place des animations et des réunions d’information ayant pour thématiques la qualité de l’air intérieur. Mais pour être efficaces, ces animations doivent être complétées par une évolution de la réglementation sur le sujet. La prise en compte des risques liés aux expositions aux moisissures doit être effective. Par exemple, l’instauration d’un seuil de contamination pourrait permettre de définir des actions à conduire, dans le but de prévenir ou de stopper le développement des moisissures. D’autre part, il est primordial de pouvoir recueillir les signalements effectués par les occupants. Pour finir, l’ANSES engage à la réalisation d’études plus approfondies, afin de mieux connaître l’état des logements Français en relation avec cette problématique. De même, il est important de connaitre les effets réels sur la santé, ainsi que les conséquences d’une telle exposition du point de vue des sciences humaines et sociales.