Le problème de l’humidité dans l’habitat

29 01 2016

Quels sont les symptômes et les risques de la présence d’humidité excessive dans un logement ?

Des tâches noires, le plafond qui craquelle, les fissures dans les murs, le papier-peint qui se gondole ou se décolle, la détérioration des murs, du plâtre et de l’enduit sous forme de boursouflures, le bois des portes ou des fenêtres qui gonfle et empêche l’ouverture/fermeture des huisseries, le développement de moisissures, de salpêtre ou de mérule (champignon lignivore, qui ne nourrit de bois humide et qui provoque progressivement sa décomposition). Le logement peut également être infesté par des petits insectes friands de bois (insectes xylophages tels que les termites, les capricornes, les vrillettes, etc). Outre ces signes extérieurs qui défigurent les cloisons et la charpente de l’habitat, on peut noter généralement une forte odeur d’humidité qui n’est autre que l’odeur du moisi, que l’on peut également constater sur les vêtements qui peuvent présenter des petites tâches noires ou le linge étendu qui sèche difficilement et reste toujours un peu moite. Le confort et la salubrité du logement sont clairement menacés par un trop fort taux d’humidité. En outre, les moisissures, champignons et les matériaux dégradés libèrent des poussières et des substances volatiles toxiques qui nuisent à la santé des occupants qui les respirent. Les signes suivants doivent alerter : toux, éternuements chroniques, allergies, difficulté à respirer, douleurs dans les articulations dans les premiers temps, qui peuvent dégénérer en maladies et affections graves : bronchites asthmatiformes ou chroniques, rhinites fréquentes, asthme, particulièrement préjudiciables chez les enfants et les personnes à la santé déjà fragile (il est important de préciser qu’un taux trop faible d’humidité n’est pas bénéfique pour autant, tout est question d’équilibre).

Quelles sont les causes de l’humidité dans un logement ?  

Idéalement le taux d’humidité se situe entre 40% et 65%. On parle alors d’humidité relative (HR), en effet l’humidité doit toujours être considérée en fonction de la température de la pièce, car l’humidité correspond à un volume de vapeur d’eau contenu dans l’air. L’air peut contenir une certaine quantité de vapeur d’eau mais si la température est mal réglée, cette vapeur peut se transformer en condensation et donc stagner sur les parois, les vitres, le linge, partout dans la maison. La condensation, couplée à une mauvaise ventilation est donc une cause importante d’apparition d’humidité dans le logement. Les infiltrations dans les murs ou les remontées capillaires sont dues à une mauvaise étanchéité de l’extérieur de l’habitation (ravalement de façade non effectué par exemple). Les pièces d’eau (cuisine et salle debains) sont également génératrices de problèmes d’humidité si ces pièces ne disposent pas d’une VMC performante (émanations de vapeurs dûes aux douches/bains ou à la cuisson). Et bien évidemment les dégâts des eaux peuvent inscrire durablement l’humidité dans le bâti, car parfois difficile à identifier rapidement lorsqu’il s’agit de fuites extremement discrètes dans les canalisations.

Comment rémedier au problème d’humidité ?

Tout d’abord en prévention, il est important d’assurer une bonne ventilation du logement, en vérifiant que les systèmes d’aération sont performants lorsqu’on choisit un logement et en aérant quotidiennement la maison. Ouvrir les fenêtres permet de renouveler l’air et donc de chasser la condensation. Rien ne sert de surchauffer, la condensation ne s’en ira que si l’air peut être évacué et renouvelé tous les jours. On peut également investir dans un déshumidificateur électrique qui permet de filtrer l’air et donc de récupérer l’excès d’eau dans un bac. Si l’humidité ambiante est installée durablement dans les murs, mieux vaut faire intervenir un diagnostiqueur immobilier qui pourra procéder à un examen complet du logement. L’expert mesure le taux d’humidité ambiant dans chaque pièce ainsi que la température, grâce à un thermo-hydromètre d’une part et un humidimètre (à radio-fréquence et électrode) d’autre part. Ces outils permettent de déterminer la présence et le taux d’humidité sur tous les éléments du bâti : murs, sols, plinthes, plafonds, boiseries etc. Le diagnostiqueur pourra également noter la présence de signes extérieurs (moisissures, champignons, dégradations des murs, etc) afin d’établir un diagnostic précis de l’état du logement et ainsi prodiguer des conseils à l’occupant et l’aiguiller sur les solutions à mettre en place pour y remédier (travaux à effectuer, réfection des murs, intervention d’un spécialiste en éradication des insectes xylophages, remplacement du système de ventilation, etc).